ENiM 9 - 2016 (ISSN 2102-6629)

Sommaire

Pages
1-4

Ahmed M. Mekawy Ouda, « The Golden Pendant of Tutankhamun (JE61952). A new interpretation for the epithet of Werethekau »
Ahmed M. Mekawy Ouda

Cet article propose une nouvelle lecture de l’épithète d’Ourethékaou, déesse liée au couronnement, sur un pendentif en or du Toutânkhamon conservé au musée égyptien du Caire (JE 61952), trouvé dans le petit naos doré de Toutânkhamon. L’article tente d’établir la preuve, en comparant avec d’autres attestations de l’épithète, que l’épithète royale « le bien-aimé de Ourethékaou, dame de ciel » devrait plutôt être lu « le bien-aimé d’Ourethékaou, dame du palais ».

  • fr
  • uk

Pages
5-14

Luca Miatello, « How to Deal with Partial Information? The Case of P. Berlin 6619 »
Luca Miatello

Dans le problème 1 du P. Berlin 6619, la dernière partie de chaque ligne est perdue. Dans cet article, j’indique les raisons pour lesquelles l’interprétation de la manière de procéder ne peut se fonder uniquement sur des raisonnements mathématiques, mais aussi sur l’expérimentation concrète d’hypothèses de reconstruction des phrases manquantes. L’analyse du texte du problème indique que les côtés d’un rectangle sont calculés avec l’objectif de montrer un cas du « théorème de Pythagore ». Une autre hypothèse, avancée au début du siècle dernier, est infirmée.

  • fr
  • uk

Pages
15-36

Franck Monnier, « The Construction Phases of the Bent Pyramid at Dahshur. A Reassessment »
Franck Monnier , Alexander Puchkov

Les particularités architecturales de la pyramide rhomboïdale de Snéfrou à Dahchour-Sud inspirent deux courants d’interprétation. Le premier consiste à y voir l’expression symbolique délibérée d’une dualité et, le second, des modifications en raison de problèmes structuraux survenus au cours du chantier. Cet article fait le point sur l’état de l’archéologie en y apportant des observations inédites et complémentaires. Certains détails jusqu’alors passés inaperçus, ainsi que la pathologie de l’édifice, amènent à confirmer que les bâtisseurs ont apporté plusieurs changements à leur projet, mais aussi à en saisir les raisons. Une révision complète de l’histoire du monument est ainsi proposée en guise de conclusion.

  • fr
  • uk

Pages
37-45

Benjamin Durand, « Du vin de paille à l’époque pharaonique ? »
Benjamin Durand

La production de vin en Égypte pharaonique est bien connue grâce, notamment, aux nombreuses représentations funéraires peintes dans les tombes nobiliaires, de même que par l’archéologie, par le biais des conteneurs ayant permis son transport et sa conservation. Le détail des méthodes de production, et notamment de fermentation, sont cependant moins bien appréhendées. Le croisement des données picturales et épigraphiques permet néanmoins de lever un voile sur une possible méthode de préparation du vin, le passerillage.

  • fr
  • uk

Pages
47-63

Wolfram Grajetzki, « An Early New Kingdom Coffin from Abydos »
Wolfram Grajetzki

Publication de fragments de cercueil trouvés à Abydos et actuellement conservés au Fitzwilliam Museum de Cambridge (E.283.1900). Jusqu’à aujourd’hui, le cercueil était généralement daté de la fin du Moyen Empire mais des parallèles montrent qu’il s’agirait plutôt du début du Nouvel Empire. Les objets trouvés avec le sarcophage sont également publiés et datent du début du Nouvel Empire.

  • fr
  • uk

Pages
65-77

Ludovic Lefebvre, « Quel souverain lagide fit don d’un gymnase à Athènes ? »
Ludovic Lefebvre

Le gymnase était à l’époque hellénistique un véritable symbole de la culture grecque et représentait le mode de vie hellène par excellence. Or, un souverain lagide fonda à Athènes – cité de culture entre toutes et qui disposait déjà notamment des gymnases du Lycée et de l’Académie – un nouvel édifice à une date qui reste indéterminée et dont la localisation n’est pas aisée. Cet article propose de retracer le contexte politique de la cité athénienne au IIIe siècle afin de tenter d’identifier quel fut le Ptolémée bienfaiteur de la cité.

  • fr
  • uk

Pages
79-111

Gyula Priskin, « The Astral Myth of Osiris: the Decans of Taurus and Libra »
Gyula Priskin

Les différentes formes des deux premiers décans qui appartiennent au signe de Taureau dans les zodiaques gréco-romains – femme agenouillée, cochon, Osiris mort couchant dans un bateau, yeux – renvoient à la pleine lune au premier mois de Chemou ainsi qu’aux événements cultuels et mythiques qui s’y rapportent. Cette coïncidence s’explique par le fait que le premier mois de Chemou et le séjour annuel du soleil dans le signe Taureau se superposent au début de l’Ère commune. Les décans montrant Osiris et les yeux dans le bateau et appartenant au Taureau proviennent également des diagrammes astronomiques du Nouvel Empire, qui représentaient aussi un bateau sous le décan ?r.j-jb-wj? « le milieu du bateau ». Plus tard, ce décan sera rangé avec le signe de la Balance. L’analyse des symboles du décan dans le diagramme astronomique de Ramesséum et dans le zodiaque circulaire de Dendera démontre, en découvrant les couches de significations multiples se rapportant aux images, que la constellation égyptienne du Bateau était identique aux trois étoiles les plus brillantes du signe actuel de la Balance (?, ?, et ? Librae, le décan ?r.j-jb-wj? étant l’étoile au milieu, ? Librae). Ce bateau observé dans le ciel jouait un rôle important dans les cosmographies égyptiennes et dans le mythe astral d’Osiris, car, presque tout au long de l’histoire de l’Égypte ancienne, il se situait non loin du point d’équinoxe d’automne.

  • fr
  • uk

Pages
113-123

Mohamed Raafat Abbas, « The Bodyguard of Ramesses II and the Battle of Kadesh »
Mohamed Raafat Abbas

La Bataille de Qadech fut l’affrontement militaire le plus célèbre de l’histoire antique, avant Alexandre, et le premier conflit majeur à être décrit en détail. Ramesses II a clairement considéré la bataille de Qadech comme le sommet de son règne. Dans les descriptions de la bataille, le rôle militaire des gardes du corps de Ramesses II apparaît comme essentiel. Le roi fut sauvé grâce au courage du corps des gardes du corps, composé principalement de Chardanes, après la fuite de ses officiers et soldats aux moments les plus durs de la bataille, qui suivirent l’attaque des Hittites. Cet article analyse le rôle militaire des gardes du corps de Pharaon au cours de cette grande bataille.

  • fr
  • uk

Pages
125-134

Mounir Habachy, « À propos de la lecture « orthodoxe » du nom de couronnement de Ptolémée VI Philométor »
Mounir Habachy

Avant que la translittération actuelle du nom de couronnement de Ptolémée VI Philométor ne domine la tradition égyptologique, Fr.Ll. Griffith avait proposé, au XIXe siècle, une lecture, reprise par H. Junker et E. Winter, désormais abandonnée. Nous proposons de renoncer à la translittération récente utilisée par convention par la plupart des égyptologues en justifiant la nécessité du retour à l’ancienne lecture de Fr.Ll. Griffith.

  • fr
  • uk

Pages
135-139

Jean-Claude Goyon, « À propos de la momie infantile du musée Calvet d’Avignon »
Jean-Claude Goyon , Carole Mathe, Cathy Vieillescazes

L’analyse de la composition chimique de baume prélevé sur une momie d’enfant appartenant à la collection du musée Calvet d’Avignon a été l’occasion d’une collaboration fructueuse entre l’égyptologue et le chimiste. Plusieurs familles de matériaux organiques sont identifiées.

  • fr
  • uk

Pages
141-153

Cecilia Benavente Vicente, « Eine löwenköpfige Bronzestatuette des Gottes Nefertem aus dem Ägyptischen Museum und Papyrussammlung in Berlin (ÄM 8988) »
Cecilia Benavente Vicente

La statue en bronze ÄM 8988 du musée égyptien de Berlin a été acquise en 1886 de l’antiquaire Souliman Abd el-Saman. La statue est originaire de Tell el-Moqdam et est supposée appartenir à la soi-disant « cachette de Lion », un groupe célèbre d’objets trouvés dans les ruines de la ville en 1884 par des paysans. La statue ÄM 8988 représente un dieu à tête de lion. Sur la coiffure il subsiste des restes d’un uræus et des pattes d’un oiseau. De sa main gauche, le dieu tenait une plaque avec un oudjat à hauteur de poitrine, qui n’a pas été conservée. Selon Paul Perdrizet, la statue représente le dieu Mahes. À l’inverse, Günther Roeder et Katja Weiss affirment qu’il figure Horus de Pé. Roeder et Weiss fondent leur opinion sur la coiffe de la statue. Les deux interprétations de la statue sont controversées et pas entièrement convaincantes. Ni Mahes, ni Horus de Pé n’étaient représentés comme dieu à tête de lion avec une coiffe comportant un oiseau. En outre, aucune représentation de Mahes ou d’Horus de Pé portant un oudjat à leur poitrine n’a jamais été trouvée. En revanche, le dieu Néfertoum a bien été représenté comme un dieu à tête de lion avec une coiffe comportant un faucon et une fleur de lotus dans les scènes du temple de Séthy Ier à Abydos, du temple d’Hibis à Kharga et du Naos de Saft el-Henneh (CG 70021). En outre, Néfertoum était figuré dans ces scènes tenant une plaque avec un oudjat à hauteur de poitrine. Enfin, une inscription dans la salle de Néfertoum dans le temple de Séthy Ier à Abydos révèle que cette iconographie, appartenant au dieu Néfertoum, reflète son caractère syncrétique avec Horus. Horus-Néfertoum avait le rôle d’un protecteur dans la fête de Sokar escortant le roi. La statue ÄM 8988 peut donc être interprétée comme une représentation de Néfertoum portant l’oudjat à hauteur de poitrine, symbolisant donc la renaissance et la régénération du soleil.

  • fr
  • uk

Pages
155-165

Laila Azzam, « The False Door of Ipy at Beni Hassan. Study II »
Laila Azzam

La fausse-porte d’Ipy, sujet de cet article, se trouve dans la tombe 481 de Béni Hassan, datée de la VIe dynastie. Son état de conservation est bon. Les reliefs ont été sculptés en creux, ils conservent encore des traces de pigments rouget et jaune.

  • fr
  • uk

Pages
167-178

Johannes Auenmüller, « Ein Model für eine Siegelplakette des Schatzhausvorstehers Netjeruimes aus der Sammlung Schwalm, Grevenbroich in Bonn »
Johannes Auenmüller

L’objet de cet article est la publication d’un moule inédit en céramique destiné à la fabrication d’une plaque de scellement rectangulaire datant du Nouvel Empire. Le moule est actuellement conservé au musée égyptien de l’Université de Bonn en Allemagne. Il appartient initialement à la collection de la ville de Grevenbroich. Après avoir étudié les données prosopographiques, cet article propose une identification de la personne mentionnée sur le moule, un certain directeur du trésor Netjeruimes, avec Netjeruimes Pirikhnawa. Ce dernier, dont la tombe se trouve à Saqqâra, est notamment connu grâce à sa présence dans la correspondance diplomatique égypto-hittite. Ce moule vient ainsi ajouter une attestation supplémentaire au dossier prosopographique de ce haut fonctionnaire ramesside. La conclusion de cet article contient une brève discussion technologique concernant l’usage de ce type de moule dans la fabrication des plaques de faïence rectangulaire.

  • fr
  • uk

Pages
179-226

Frédéric Servajean, « Les dimensions des navires d’Hatchepsout et autres remarques sur la navigation en mer Rouge »
Frédéric Servajean

Les vaisseaux de la reine Hatchepsout, et leurs dimensions, et la navigation en mer Rouge vers le pays de Pount.

  • fr
  • uk

ENiM 10 - 2017

2 article(s) - 12 mai 2017.


Index des auteurs Consulter
Mots clés Consulter

Derniers articles : Abonnez vous aux actualités

Mohamed Raafat Abbas
A Survey of the Military Role of the Sherden Warriors in the Egyptian Army during the Ramesside Period
(ENiM 10, p. 7-23 — 12 mai 2017) Consulter

Edwin Dalino
Le prince Mérenptah fut-il grand prêtre de Ptah ? État de la question et focus sur Hori, fils de Khâemouaset
(ENiM 10, p. 1-5 — 20 avril 2017) Consulter

Frédéric Servajean
Les dimensions des navires d’Hatchepsout et autres remarques sur la navigation en mer Rouge
(ENiM 9, p. 179-226 — 1 décembre 2016) Consulter

Johannes Auenmüller
Ein Model für eine Siegelplakette des Schatzhausvorstehers Netjeruimes aus der Sammlung Schwalm, Grevenbroich in Bonn
(ENiM 9, p. 167-178 — 14 novembre 2016) Consulter

Laila Azzam
The False Door of Ipy at Beni Hassan. Study II
(ENiM 9, p. 155-165 — 7 novembre 2016) Consulter

Cecilia Benavente Vicente
Eine löwenköpfige Bronzestatuette des Gottes Nefertem aus dem Ägyptischen Museum und Papyrussammlung in Berlin (ÄM 8988)
(ENiM 9, p. 141-153 — 3 novembre 2016) Consulter

Jean-Claude Goyon, Carole Mathe, Cathy Vieillescazes
À propos de la momie infantile du musée Calvet d’Avignon
(ENiM 9, p. 135-139 — 11 octobre 2016) Consulter

Mounir Habachy
À propos de la lecture « orthodoxe » du nom de couronnement de Ptolémée VI Philométor
(ENiM 9, p. 125-134 — 5 octobre 2016) Consulter

Mohamed Raafat Abbas
The Bodyguard of Ramesses II and the Battle of Kadesh
(ENiM 9, p. 113-123 — 28 septembre 2016) Consulter

Gyula Priskin
The Astral Myth of Osiris: the Decans of Taurus and Libra
(ENiM 9, p. 79-111 — 21 septembre 2016) Consulter

Twitter follow us Google+ follow us

1023689 visites - 592 visite(s) aujourd'hui - 7 connecté(s)
© ENiM - Une revue d'égyptologie sur internet
Équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne - UMR 5140 - « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Cnrs) - Université Paul Valéry - Montpellier III