Florence Saragoza, P. Georges-Zimmermann, « Doublement éternel. Quand les Egyptiens inhumaient leurs morts deux fois », ENiM 7, 2014, p. 61-78.

telecharger Télécharger cet article au format pdf (4186 téléchargements) - citer Comment citer cet article ? - retour Revenir au sommaire





telecharger Télécharger cet article au format pdf (4186 téléchargements) - citer Comment citer cet article ? - retour Revenir au sommaire

abonnement Soyez prévenu de la parution d'un nouvel article, Abonnez-vous ! - consulter 9934 consultations.


Articles du même auteur :

Florence Saragoza P. Georges-Zimmermann,
Anubis au manteau, des rives du Nil aux murs de Pompéi
L’Anubophore compte parmi les figures isiaques bien attestées par les sources textuelles et matérielles d’époque romaine. Au sein des processions, il incarne par ses attributs – un masque, un vêtement et une gestuelle particuliers – le dieu Anubis. Si ce personnage semble trouver son origine dans une figure de prêtre de l’Égypte du Ier millénaire, son transfert iconographique vers l’Occident s’est accompagné d’une transformation du sens et de la valeur de cette image.
(ENIM 12, p. 201-232 — 30 juillet 2019)
287 / 382


Les derniers articles parus :



Les articles les plus téléchargés :



Les derniers volumes des CENiM :

1595226 visites - 1063 visite(s) aujourd'hui - 7 connecté(s)
© ENiM - Une revue d'égyptologie sur internet
Équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne - UMR 5140 - « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Cnrs) - Université Paul Valéry - Montpellier III