Bienvenue

 

Version FrançaiseEnglish versionDeutsch version

 

ENiM est la première revue française numérique d’égyptologie. Elle est l’expression des activités de l’équipe « Égypte nilotique et méditerranéenne » de l’UMR 5140, « Archéologie des sociétés méditerranéennes ». Elle accueille aussi les travaux des autres membres de la communauté égyptologique internationale.

Elle publie des travaux portant sur tous les aspects de l’Égypte ancienne, de la préhistoire à la période copte.

 

ENiM a pour vocation de devenir un relais privilégié de la diffusion des connaissances de l’égyptologie grâce aux facilités et à la très grande accessibilité fournies par les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

ENiM est une revue entièrement gratuite et téléchargeable à partir du site de l’équipe « Égypte nilotique et méditerranéenne ».

ENiM étant une revue électronique, le processus de préparation des articles est accéléré. Leur soumission se fait directement sur le site de la revue. Le traitement éditorial achevé, les articles reçus sont immédiatement mis en ligne, au format Pdf.

 

ENiM est un périodique annuel composé de l’ensemble des articles successivement mis en ligne au cours de l’année, le volume annuel étant clos en fin d’année civile.


Derniers ouvrages : Abonnez vous aux actualités

À l’école des scribes. Les écritures de l’Égypte ancienne « À l’école des scribes. Les écritures de l’Égypte ancienne », CENIM 15, Montpellier, 2016 — (2016) Consulter
Dans une Égypte désormais chrétienne, la maîtrise des écritures tradi­tionnelles liées aux ultimes soubresauts des cultes « païens » tomba ra­pidement dans l'oubli avec la disparition des derniers hiérogrammates, aux 1v"-v' siècles de notre ère. Elle devint dès lors un sujet de spéculation pour les savants de !'Antiquité tardive, puis pour les humanistes euro­péens à partir de la Renaissance. Il fallut néanmoins attendre 1822 et les débuts de la redécouverte du système hiéroglyphique par Jean-François Champollion pour renouer avec le savoir des scribes. Pourtant, malgré le vif engouement suscité par la civilisation égyptienne antique et les presque deux siècles de la discipline égyptologique, ces écritures restent encore pour beaucoup synonyme de « mystères » ... Cet ouvrage présente quelque soixante-dix pièces, œuvres majeures ou moins connues principalement issues des collections du musée du Louvre, ainsi que d'autres, inédites, provenant de collections privées et universitaire, en les analysant à l'aune des dernières avancées de la recherche égyptologique. Il propose d'une part une vision synthétique claire de ces différentes écritures (hiéroglyphique, hiératique et démo­tique), de leurs spécificités et emplois respectifs ; il permet d'autre part d'évoquer leur réception aux époques ultérieures et, de manière plus large, la place de l'écrit dans les sociétés.


Sapientia Felicitas. Festschrift für Günter Vittmann zum 29. Februar 2016 « Sapientia Felicitas. Festschrift für Günter Vittmann zum 29. Februar 2016 », Textes réunis et édités par S. L. Lippert, M. Schentuleit & M. A. Stadler CENIM 14, Montpellier, 2016 — (2016) Consulter




Documents de Théologies Thébaines Tardives (D3T 3) Textes réunis et édités par Christophe Thiers, « Documents de Théologies Thébaines Tardives (D3T 3) », CENIM 13, Montpellier, 2015 — (2015) Consulter
Les contributions réunies dans ce troisième volume font état de travaux récents sur les pratiques religieuses qui se sont développées dans la région thébaine au cours du premier millénaire avant notre ère. Elles abordent de multiples questions relatives aux théologies construites autour des dieux-morts de Djémê et de leur développement à Médamoud, mais également liées aux cultes osiriens et à ceux des souverains lagides divinisés. Au sein de ce creuset intellectuel, les prêres ont également développé tout leur savoir pour assurer la survie dans l’Au-delà dont témoignent les livres des morts sur papyrus et les compositions funéraires gravées dans les tombes tardives de l’Assassif.


Ptolémée Épiphane, Aristonikos et les prêtres d’Égypte. Le Décret de Memphis (182 a.C.). Édition commentée des stèles Caire RT 2/3/25/7 et JE 44901 Ptolémée Épiphane, Aristonikos et les prêtres d’Égypte. Le Décret de Memphis (182 a.C.). Édition commentée des stèles Caire RT 2/3/25/7 et JE 44901, Alexandra Nespoulous-Phalippou CENIM 12, Montpellier, 2015 — (29 janvier 2016) Consulter
Publiées au début du siècle dernier par G. Daressy, les deux stèles hiéroglyphiques RT 2/3/25/7 et JE 44901 conservées au Musée égyptien du Caire constituent les seuls exemplaires connus à ce jour du décret du synode de prêtres qui eut lieu à Memphis, en l’an 23 du règne de Ptolémée Épiphane. Cette première étude commentée du Décret de Memphis (182 a.C.) se propose de fournir une version normalisée de ces textes suivant une édition synoptique, un apparat critique, une traduction, un commentaire philologique, de même que les photographies et les fac-similés des documents. Leur analyse permet de réévaluer leur apport au règne d’Épiphane : cérémonie en l’honneur d’un taureau Mnévis à Memphis, évergétisme des souverains à l’égard des clergés égyptiens, mesures politiques ponctuelles (amnistie pénale en l’an 21 du règne, exemptions de taxe). Leur intérêt majeur réside en la présence d’un récit historique développé. Relatant la répression de révoltes indigènes dans le Delta, il met en exergue l’intervention victorieuse du commandant en chef de la cavalerie Aristonikos dans la région de Tell el-Balamoun. Intégrés dans l’ensemble des actes des décrets synodaux du règne d’Épiphane, ces documents, inhabituels par leur forme et leur contenu, sont ainsi replacés dans leur contexte rédactionnel, historique et politique. C’est notamment à travers la problématique de l’évolution des relations entre la Couronne alexandrine et les clergés indigènes que cette documentation officielle est appréhendée.


Apprivoiser le sauvage / Taming the Wild Textes réunis et édités par M Massiera, B. Mathieu et Fr. Rouffet, « Apprivoiser le sauvage / Taming the Wild », CENIM 11, Montpellier, 2015 — (2015) Consulter
Comme toutes les autres cultures, antiques ou modernes, la civilisation pharaonique a su exploiter les spécificités de la faune sauvage présente dans son environnement, aussi bien dans ses modes de représentation du monde que dans ses rouages économiques et institutionnels. Les auteurs de ce volume vous invitent donc à découvrir différents articles portant sur le monde animal en Égypte ancienne.


Offrandes, rites et rituels dans les temples d’époques ptolémaïque et romaine. Actes de la journée d’études de l’équipe EPHE (EA 4519) « Égypte ancienne : Archéologie, Langue, Religion » Paris, 27 juin 2013 Offrandes, rites et rituels dans les temples d’époques ptolémaïque et romaine. Actes de la journée d’études de l’équipe EPHE (EA 4519) « Égypte ancienne : Archéologie, Langue, Religion » Paris, 27 juin 2013, Édités par Christiane Zivie-Coche CENIM 10, Montpellier, 2015 — (16 décembre 2015) Consulter
L’étude des scènes rituelles dans les temples des époques ptolémaïque et romaine est une thématique qui a suscité dans les dernières décennies un intérêt jamais démenti, comme en témoigne, à titre d’exemple, la collection Rites égyptiens, dont bien des volumes sont ainsi consacrés à tel ou tel rite attesté dans les temples tardifs. Néanmoins, la masse documentaire que nous offrent les édifices de cette époque est considérable, et la complexité de la « grammaire » du temple, qu’il s’agisse de l’analyse de scènes individuelles ou de celle de l’organisation plus globale du programme pariétal, est loin d’être aujourd’hui totalement disséquée dans les grands et plus petits temples de la période. Plusieurs membres de l’équipe « Égypte ancienne » de l’EPHE, doctorants ou post-doctorants, avaient émis le souhait qu’une journée d’études soit organisée à la fin de l’année académique 2013 pour évoquer ces questions et confronter des points de vue différents. Cela a abouti à la tenue, à l’EPHE, d’une telle journée, le 27 juin 2013.


Le myrte & la rose. Mélanges offerts à Françoise Dunand par ses élèves, collègues et amis Le myrte & la rose. Mélanges offerts à Françoise Dunand par ses élèves, collègues et amis, Réunis par Gaëlle Tallet et Christiane Zivie-Coche CENIM 9, Montpellier, 2014 — (1 novembre 2014) Consulter
De nombreux étudiants, collègues et amis de Françoise Dunand, professeur émérite d’histoire des religions à l’université de Strasbourg, ont souhaité s’associer à l’hommage qui lui est rendu à travers ces deux volumes. La diversité des contributions organisées par thèmes reflète parfaitement le parcours singulier de la récipiendaire. De formation classique, Françoise Dunand s’est très vite orientée vers la papyrologie grecque d’abord, puis vers l’étude des cultes isiaques, ainsi qu’on les a appelés. Sa rencontre avec l’Égypte fut décisive pour le choix ultérieur de ses champs d’études : religion dans l’Égypte hellénistique et romaine sous ses formes de continuité et d’innovations, travail de terrain dans les nécropoles des oasis occidentales, poursuivi aujourd’hui encore. Reflet même de son enseignement et de ses recherches, témoignage de son rayonnement, on passera des éditions de papyrus au « cercle isiaque », des pratiques funéraires de l’Égypte tardive en faveur des hommes comme des animaux, du rôle des images à l’histoire des religions, des études sur les oasis à celles sur les femmes.


Documents de Théologies Thébaines Tardives (D3T 2) Textes réunis et édités par Christophe Thiers, « Documents de Théologies Thébaines Tardives (D3T 2) », CENIM 8, Montpellier, 2013 — (9 avril 2013) Consulter
Le présent ouvrage poursuit les investigations sur différents aspects des théologies et des pratiques religieuses mises en oeuvre dans la région thébaine. Les contributions mettent particulièrement en exergue le rôle majeur joué par la Butte de Djémê et les temples de Karnak, lieux de création des théologies les plus sophistiquées. Les liens avec les grands centres de Haute Égypte, les temples thébains et ceux de l’oasis de Kharga sont également mis en lumière.


Le matériel archéologique et les restes humains de la nécropole de Dabashiya Françoise Dunand, Bahgat Ahmed Ibrahim, Roger Lichtenberg, « Le matériel archéologique et les restes humains de la nécropole de Dabashiya », CENIM 7, Montpellier, 2013 — (28 mars 2013) Consulter
Cet ouvrage est le résultat le plus récent de la collaboration ancienne initiée par l’Inspecteur en Chef du Service des Antiquités de Kharga, Bahgat Ahmed Ibrahim, et ses collaborateurs, avec l’équipe française dirigée par Françoise Dunand qui travaille depuis maintenant trente ans sur les nécropoles de l’oasis de Kharga. Après l’exploration et la publication de la nécropole de Douch par l’équipe française dans le cadre de l’IFAO, sa collaboration avec le Service des Antiquités s’est matérialisée par l’étude de la nécropole d’Aïn el-Labakha, explorée par les Inspecteurs égyptiens, avec pour résultat un ouvrage paru en 2008. Le présent volume est consacré à la description du site de Dabashiya, dont la nécropole a été explorée par l’équipe égyptienne, à l’étude des momies et du mobilier funéraire de la tombe inviolée n° 22 ainsi qu’au catalogue des objets découverts dans les tombes. Ce site de Dabashiya est d’un intérêt tout particulier, non seulement par ses spécificités, mais par les comparaisons qu’il permet avec les différents sites de l’oasis déjà explorés. On a là encore une mine d’informations sur les pratiques funéraires, bien entendu, et aussi sur les techniques et le mode de vie des habitants de l’oasis aux époques ptolémaïque et romaine.

Quatre études sur la bataille de Qadech Frédéric Servajean, « Quatre études sur la bataille de Qadech », CENIM 6, Montpellier, 2012 — (26 mai 2012) Consulter
Avec Megiddo, Qadech est la seule bataille relativement bien connue de la fin de l’âge du bronze. Cependant, contrairement à la première, qui opposa Thoutmosis III à une coalition dirigée par le prince de Qadech, la bataille qui va nous occuper n’a cessé de retenir l’attention des chercheurs. L’importance de la documentation et sa nature pourraient expliquer cela, les textes et les figurations du Poème, du Bulletin et des Reliefs ayant été gravés ou consignés sur les parois de nombreux grands temples et ailleurs. Le fait que cette documentation ne permette pas de reconstituer la bataille dans son ensemble et que certains points restent encore débattus pourraient aussi l’expliquer. Mais il y a probablement une autre raison, de nature psychologique. Car le chercheur perçoit bien qu’à Qadech, il s’est produit quelque chose d’inhabituel, quelque chose ayant justement motivé cette profusion de textes dans lesquels Ramsès se met en scène, combattant seul avec l’aide d’Amon. Au point que l’on a pu écrire que Qadech fut une bataille perdue par les Égyptiens. Mais, simultanément, on se rend bien compte, à l’issue des différentes reconstitutions de celle-ci, que ce ne fut pas le cas. Certes, il ne s’agit pas d’une victoire brillante, comme l’avait été auparavant Megiddo, mais c’est un fait : à Qadech même, Ramsès ne fut pas vaincu.

<i>Et in Ægypto et ad Ægyptum</i>, Recueil d’études dédiées à Jean-Claude Grenier « Et in Ægypto et ad Ægyptum, Recueil d’études dédiées à Jean-Claude Grenier », Textes réunis et édités par A. Gasse, Fr. Servajean, et Chr. Thiers CENIM 5, Montpellier, 2012 — (25 avril 2012) Consulter
Étudiants, collègues et amis, égyptologues, hellénistes ou romanistes – nombreux sont les auteurs qui ont tenu à offrir leur contribution à ces Études dédiées à Jean-Claude Grenier, titulaire de la chaire d’égyptologie de l’université Paul Valéry-Montpellier 3. L’extrême variété des sujets abordés offre un reflet fidèle de la multiplicité des intérêts qu’a toujours manifesté Jean-Claude Grenier pour l’histoire antique de la Vallée du Nil et du monde méditerranéen des Césars. C’est aussi une brillante illustration des innombrables étincelles que peut allumer un savant aussi chaleureux dans des esprits différents par leur formation, par leurs intérêts et leur culture. Ces participations aussi généreuses qu’enthousiastes occupent quatre volumes et couvrent plus de deux mille ans d’histoire. Outre des études d’égyptologie « classique », on y trouvera nombre de travaux consacrés aux dernières périodes de l’histoire de l’Égypte ancienne : l’Égypte sous domination romaine et la diffusion des croyances égyptiennes hors d’Égypte sont abordées de manière multiforme. Ces pages d’égyptologie originale s’inscrivent in Ægypto et ad Ægyptum…


Topographie cultuelle de Memphis 1 a- Corpus. Temples et principaux quartiers de la XVIIIe dynastie Stéphane Pasquali, « Topographie cultuelle de Memphis 1 a- Corpus. Temples et principaux quartiers de la XVIIIe dynastie », CENIM 4, Montpellier, 2011 — (7 mars 2011) Consulter
Corpus des sources relatives à la topographie cultuelle de la ville de Memphis à la XVIIIe dynastie. Celui-ci est constitué de trois listes : A) les monuments royaux d’origine memphite (vestiges archéologiques, fondations palatiales et cultuelles attestées textuellement), B) une prosopographie du personnel des dieux de la région memphite, C) les sources concernant le quartier de Pérounéfer ainsi que l’arsenal et le port de Memphis jusqu’au début de la XIXe dynastie. Cet ouvrage est le premier volume des monographies associées au projet Topographie cultuelle de Memphis de l’équipe d'égyptologie de l'UMR 5140 (CNRS-Université Paul Valéry-Montpellier III).

<em>Documents de Théologies Thébaines
Tardives</em> (D3T 1) « Documents de Théologies Thébaines Tardives (D3T 1) », Textes réunis et édités par Christophe Thiers CENIM 3, Montpellier, 2009 — (7 fevrier 2010) Consulter
Le présent ouvrage réunit une dizaine de contributions mettant en exergue différentes facettes des théologies qui se sont développées au coeur de la région thébaine dans le courant du Ier millénaire avant notre ère et plus spécifiquement dans les temples des époques ptolémaïque et romain


<em>Verba manent</em>. Recueil d’études dédiées à Dimitri Meeks par ses collègues et amis « Verba manent. Recueil d’études dédiées à Dimitri Meeks par ses collègues et amis », Textes réunis et édités par Isabelle Régen et Frédéric Servajean CENIM 2, Montpellier, 2009 — (16 décembre 2009) Consulter
Trente-six études dédiées par ses amis et collègues à l’égyptologue français Dimitri Meeks. Ces contributions portent sur l’histoire, l’archéologie, la religion, la langue (lexicographie, paléographie) et l’environnement naturel de l’Égypte pharaonique. Autant de domaines que Dimitri Meeks a enrichis par des apports décisifs avec un savoir et un talent unanimement reconnus.

L'Osiris ANTINOOS Jean-Claude Grenier, « L'Osiris ANTINOOS », CENIM 1, Montpellier, 2008 — (26 décembre 2008) Consulter
Cinq contributions pour approcher par des propositions nouvelles la question posée par l’ « affaire Antinoos » et la fabrication du dernier des dieux : une traduction des inscriptions de l’obélisque romain (l’Obélisque Barberini) qui se dressait sur le site de la tombe d’Antinoos et raconte son apothéose, la question de l’emplacement de cette tombe peut-être à Rome dans les Jardins de Domitia, sur la rive droite du Tibre, où Hadrien fit élever son tombeau dynastique (le Château Saint Ange), une évocation des circonstances de la mort d’Antinoos sans doute à l’issue d’une chasse au lion qui se déroula dans la région d’Alexandrie au début du mois d’août 130, quelques remarques sur la nature « royale » d’Antinoos et une analyse du contexte alexandrin de l’année 130 qui pesant sur sa divinisation fit, peut-être, d’Antinoos un dieu « politique » au lendemain de la « Guerre Juive » qui avait ensanglanté l’Égypte et à la veille de l’ultime conflit qui allait éclater entre l’Empire et la Judée.

904973 visites - 441 visite(s) aujourd'hui - 6 connecté(s)
© 2008 – 2016 - ENiM - Une revue d'égyptologie sur internet
Équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne - UMR 5140 - « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Cnrs) - Université Paul Valéry - Montpellier III