Karine Madrigal, Jean-Claude Goyon, « L’obélisque de Louqsor et le sarcophage d’Ânkhnesneferibrê », ENiM 10, 2017, p. 51-88.

telecharger Télécharger cet article au format pdf (3028 téléchargements) - citer Comment citer cet article ? - retour Revenir au sommaire





telecharger Télécharger cet article au format pdf (3028 téléchargements) - citer Comment citer cet article ? - retour Revenir au sommaire

abonnement Soyez prévenu de la parution d'un nouvel article, Abonnez-vous ! - consulter 4536 consultations.


Les derniers articles parus :

Gábor W. Nemes Jean-Claude Goyon,
The mythological importance of the constellation Msḫtjw in mortuary representations until the end of the New Kingdom
Étant une des rares constellations à pouvoir être identifiées avec une certitude raisonnable comme la (Grande) Casserole, une partie de la Grande Ourse, l’astérisme égyptien de Msḫtjw (la Cuisse du taureau) a reçu une attention particulière dans les études égyptologiques modernes. Sur certains couvercles de cercueil du Moyen Empire, il apparaît comme une patte antérieure du taureau, tandis que, depuis le Nouvel Empire, il est représenté soit comme un taureau, soit comme un taureau avec ou sans membres, surtout dans les tombeaux royaux et ceux des élites, faisant partie du diagramme qui présente les constellations du ciel du nord. Étant donné que les représentations de Msḫtjw apparaissent dans un environnement qui peut être étroitement associé à la sphère mortuaire, on peut poser la question de la relation qu’elles entretenaient avec les rituels et les textes funéraires et, plus généralement, avec la notion d’au-delà. Le but du présent article est de retrouver les traces des références mythologiques les plus importantes qui renvoient à la constellation en question et de tenter de souligner sa signification comme partie d’un ensemble ayant joué un rôle clé dans la résurrection du défunt osirianisé. Puisque toutes les sources prototypiques actuellement connues représentant Msḫtjw proviennent du Moyen et du Nouvel Empire, avec quelques variantes dérivées des périodes tardives, il a été jugé opportun de traiter principalement ces variantes au cours de cette étude. En conséquence, l’accent a été mis sur les sources textuelles de l’Ancien au Nouvel Empire, en tenant compte des allusions postérieures, qui complètent les sources les plus anciennes.
(ENIM 13, p. 1-61 — 10 février 2020)
185 / 451


Les articles les plus téléchargés :



Les derniers volumes des CENiM :



Les derniers volumes des TDENiM :

1773313 visites - 961 visite(s) aujourd'hui - 11 connecté(s)
© ENiM - Une revue d'égyptologie sur internet
Équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne - UMR 5140 - « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Cnrs) - Université Paul Valéry - Montpellier III